Après la Rue de Grelot, la Rue de Las Treilles…

Notre Association “Défense du Cadre de Vie” est déjà intervenue, auprès des “Autorités” de Villeneuve sur Lot, au sujet de la dangerosité de la Rue de Grelot : sans résultats. Les responsables de la voirie et de la circulation en ville, font la sourde oreille tant au niveau de la ville qu’au niveau de l’Agglomération du Grand Villeneuvois.
La Dépêche du 15 Février 2018 (Photo Isabelle Eymard), publie un article édifiant sur la colère des riverains de la rue de Las Treilles qui redoutent, au quotidien, les accidents qui se produisent dans ce secteur.
Dans le palmarès de “La Feuille”, Villeneuve-sur-Lot, détenait déjà le record des “Rues les Plus Trou”… Il ne faudrait pas qu’elle détienne aussi le record de fréquence des accidents en ville.
—-
Pour la troisième fois en quinze jours, un accident a eu lieu rue de Las Treilles, ce qui a provoqué la grogne des riverains./ Photo Isabelle Eymard
Pour la troisième fois en quinze jours, un accident a eu lieu rue de Las Treilles, ce qui a provoqué la grogne des riverains./ Photo Isabelle Eymard
Les riverains de la rue de Las Treilles sont en colère. Depuis un peu plus de deux ans, la circulation dans leur rue est devenue de plus en plus intense et, en quinze jours, trois accidents, sans gravité, ont eu lieu. La colère gronde chez les riverains de la rue de Las Treilles, quartier situé au nord de Parasol. En l’espace de quinze jours, trois accidents ont eu lieu. Le dernier, sans gravité, a eu lieu lundi matin. Une voiture a percuté un poteau téléphonique et une maison. «Deux véhicules sont allés dans le fossé, et lundi, c’est la maison de Christine Puille qui a été percutée. Les services de la mairie sont venus et ont sécurisé les lieux. Il faut faire quelque chose, que l’on n’attende pas la catastrophe. Depuis plus de deux ans, la circulation est de plus en plus intense. Les véhicules ne respectent pas la limitation de vitesse à 50 km/h. Tous ceux qui viennent de la Dardenne, Monflanquin, Lacaussade… empruntent la rue Las Treilles comme raccourci pour rejoindre les zones industrielles, le Pôle de santé», expliquent Ginette Joly et Isabelle Eymard. Pour les riverains, se pose aussi le problème des camions. Il y a quelques années, la rue était autorisée aux 3,5 t. Et elle est passée à 10 t, ajoutent les deux riveraines. En mars 2015, nous avons lancé une pétition sur le mauvais état de cette rue qui est étroite. Les trous sont régulièrement rebouchés mais quelques mois après, il faut recommencer. On ne peut même pas aller à pied jusqu’à Leclerc, c’est trop dangereux. Les accotements sont aussi en mauvais état et les fossés sont profonds. Et quand on veut sortir de chez soi en voiture, il faut faire très attention. Nous avons demandé un rendez-vous au maire il y a deux mois afin de lui expliquer la situation et nous attendons une réponse».

Un rendez-vous la semaine prochaine

«Nous sommes conscients du problème, indique le directeur de cabinet du maire, Yannick Lemarchand. Une date va leur être proposée pour la semaine prochaine afin de rencontrer le maire. Nous allons aussi voir comment on peut reboucher certains trous. Nous réfléchissons aussi à une solution pour casser la vitesse des véhicules. Nous avons entamé une réflexion sur un projet un peu plus important et un peu plus global qui intègre la future installation de l’entreprise de vente de camping-cars, actuellement située à Parasol, qui nécessite un aménagement sécurisant, et l’assainissement pluvial qui doit être réalisé. On y réfléchit, on y travaille. Les riverains de la rue de Las Treilles ne sont pas oubliés».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*