Après le beurre, faudra-t-il bientôt, se passer d’oeufs ?

Céline Garcia s’intéresse à toutes les questions liées à la santé et à l’alimentation. Elle nous communique un très bel article, ©M.ASTAR/SIPA, paru le Jeudi 7 Décembre dans “Valeurs Actuelles”, concernant une probable future pénurie d’oeufs…

Céline Garcia

Après le beurre, faudra-t-il bientôt se passer d’œufs ?

Le prix des œufs s’est envolé depuis cet été. ©M.ASTAR/SIPA

Agroalimentaire. Les professionnels de l’œuf alertent sur les risque de rupture d’approvisionnement.

Une pénurie chasse l’autre… À la rentrée, les Français avaient découvert avec effroi les rayons de beurre de leurs supermarchés entièrement vide, faute d’un approvisionnement suffisant. La situation était finalement revenue à la normale après quelques semaines, mais voilà qu’un nouveau risque de pénurie fait surface. Selon le syndicat national des industriels et professionnels de l’œuf (Snipo), la demande d’œufs serait actuellement très supérieure à l’offre et, sans une adaptation rapide, “les pénuries vont devenir inévitables”. “Le marché est désormais en total déséquilibre, avec une offre inférieure à la demande de l’ordre de 4 à 5%, tous types d’élevages confondus: bio, plein air, sol et standard”, alertent les professionnels du secteur dans un communiqué.

À l’origine de cette menace, la crise sanitaire du fipronil qui a touché l’Union européenne cet été. Il s’agit d’un insecticide, soupçonné d’avoir des effets néfastes sur le corps humain et à ce titre interdit dans l’agriculture européenne depuis 2013. Cet été, des tests dans des élevages belges et hollandais ont pourtant révélé qu’il avait été utilisé pour nettoyer des élevages de volailles. À chaque fois, il a donc fallu rappeler les œufs et abattre les animaux, entraînant un effondrement des stocks. Ajoutez-y une demande traditionnellement plus forte à l’approche de Noël, et vous obtenez un cocktail explosif : “Depuis fin juillet, le cours des œufs destinés à l’industrie a augmenté de +150%, passant de 0,80 euro le kilo à 1,99 euro sur la 2e semaine de novembre, et ceux destinés aux magasins de +97%, de 6,15 euros les 100 œufs à 12,12 euros”, s’inquiète le Snipo, qui demande une hausse des prix des produits industriels à base d’œufs : “Sans revalorisation sur l’ensemble des marchés, conclut le Snipo, les pénuries vont devenir inévitables“.

SUR LE MÊME SUJET

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*