Attention Danger… entre le Giratoire de Lalande et celui des 3 mulets…

Dans sa revue de Presse du jour, notre amie Sylvie Delcoustal a relevé un article de Frédéric Pascaud, dans La Dépêche du Midi du 7 Novembre 2017, attirant notre attention sur les Dangers liés à la Déviation pour cause de travaux, au lieu dit “Lalande”…

Sylvie Delcoustal

Les riverains du lieu-dit «Lalande» demandent une sécurisation

Actualité Grand Sud Lot-et-Garonne Villeneuve-sur-Lot
Publié le 07/11/2017 à 03:51, Mis à jour le 07/11/2017 à 08:06

La mise en 2X2 voies de la RN 21 entre le giratoire de Lalande et celui des 3 Mulets entraîne de longs mois de travaux. Et pour tout mettre en place, une déviation provisoire va être mise en place au pied du lieu-dit «Lalande».

À l’heure où chacun parle de sécurité routière, de vitesse excessive sur les grands axes, d’accidents tragiques, les riverains de la RN 21, habitant au niveau du lieu-dit «Lalande», s’inquiètent : ils viennent d’envoyer une pétition à toutes les autorités (locales, départementales et nationales) afin de sécuriser une contre-allée qui servira, le temps des travaux, de déviation à cette voie de circulation très fréquentée.

Jean-Claude Larue, résidant à l’initiative de cette démarche, en compagnie de sa fille Stéphanie s’expliquent.«Trop de dangers potentiels avant la mise en circulation effective»Ce n’est pas que les riverains sont opposés aux travaux, bien au contraire. «Dès le début et suite aux premières réunions, nous pensions gagner en qualité de vie.

Une route plus éloignée des habitations, des accès facilités…», explique Jean-Claude Larue. Mais voilà, les aléas de la nature, le premier projet a dû être déplacé car situé en zone inondable, le second modifié afin de protéger une espèce menacée, le doublement de la RN 21 va devoir se faire sur l’emprise de la route actuelle.

Alors, pour la durée des travaux, une partie de la (très ancienne) route et passant au pied du coteau a été réhabilitée, va être prolongée et servira par la suite de desserte pour les riverains, «mais pendant les 18 mois de travaux, toute la circulation va passer au ras des jardins, des entrées, et rien n’a été prévu pour sécuriser les lieux. Le danger va être énorme. Il y a des jeunes qui vivent ici, et qui vont au lycée à pied. Aucun passage pour les piétons, pas de trottoirs, une vitesse autorisée à 70 km/h, c’est trop dangereux».Ce que demandent les riverains, c’est un aménagement responsable pour les prochains longs mois qui vont suivre, le temps que les travaux soient terminés, et qu’ils retrouvent une certaine sérénité.

Ce n’est pas que les riverains sont opposés aux travaux, bien au contraire. «Dès le début et suite aux premières réunions, nous pensions gagner en qualité de vie. Une route plus éloignée des habitations, des accès facilités…», explique Jean-Claude Larue. Mais voilà, les aléas de la nature, le premier projet a dû être déplacé car situé en zone inondable, le second modifié afin de protéger une espèce menacée, le doublement de la RN 21 va devoir se faire sur l’emprise de la route actuelle.

Alors, pour la durée des travaux, une partie de la (très ancienne) route et passant au pied du coteau a été réhabilitée, va être prolongée et servira par la suite de desserte pour les riverains, «mais pendant les 18 mois de travaux, toute la circulation va passer au ras des jardins, des entrées, et rien n’a été prévu pour sécuriser les lieux. Le danger va être énorme. Il y a des jeunes qui vivent ici, et qui vont au lycée à pied. Aucun passage pour les piétons, pas de trottoirs, une vitesse autorisée à 70 km/h, c’est trop dangereux».Ce que demandent les riverains, c’est un aménagement responsable pour les prochains longs mois qui vont suivre, le temps que les travaux soient terminés, et qu’ils retrouvent une certaine sérénité. À suivre…

Frédéric Pascaud

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*