C’était bien la peine…

Il y a déjà 8 ans, pendant l’hiver 2009-2010, diverses “autorités locales”, voulurent imposer à Saint-Antoine une zone d’activités de 48 hectares, sur le plateau de Poulvignac, Roujol, Marinière, Fonbourugues…

A l’initiative de Patrick Cassany, déjà à l’époque, Président de la Communauté des Communes du Grand Villeneuvois et premier Vice-Président du Conseil Départemental du Lot et Garonne, c’était déjà, pratiquement, chose faite… La gloire et les retombées économiques de la chose devaient porter la commune au pinacle… L’argent aurait coulé à flots et Saint-Antoine allait devenir la zone d’activité la plus florissante de la région…

Face à ce projet délirant, relayé au niveau de la commune par le Maire de l’époque, Jean Lagarde, un groupe de “Gaulois résistants” s’est levé, et réussit à faire avorter le monstre. Le Conseil Municipal, contre l’avis du Maire, dans sa grande sagesse, s’est prononcé contre par 8 voix contre, 6 pour et 1 abstention… Ouf… On l’avait échappé belle… et les services économiques locaux sont vite apparus… vraiment à côté de la plaque…

Saint-Antoine allait retrouver la modestie et le réalisme… Une petite zone d’activités de 4 ha 1/2, allait enfin être créée à Poulvignac…

5 ans après, même toute petite, elle est toujours désespérément vide… VIDE…VIDE… Cependant qu’en Villeneuvois des friches industrielles fleurissent ça et là, attendant que quelques entrepreneurs veuillent bien s’y installer…

C’était bien la peine… !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*