Débat : les énergies vertes…

Notre ami Sylvain Blanche communique, pour le blog, un article de l’AFP sur les énergies vertes en France…

A lire ; intéressant…

France: les énergies vertes ont poursuivi leur essor au 2e trimestre

Publié le :  Last updated: 

renouvelables

Des éoliennes près de Villeveyrac (Hérault), le 13 janvier 2017
© AFP/Archives PASCAL GUYOT

Paris (AFP) – Les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydroélectricité, biomasse) ont couvert 22,1% de la consommation électrique française au deuxième trimestre, 

grâce surtout au développement constant de l’éolien et du solaire, selon un bilan publié jeudi.

Le parc renouvelable installé a progressé de 147 mégawatts (MW) au deuxième trimestre, 

et l’éolien et le solaire « représentent 94% des nouvelles capacités installées », détaille le « Panorama de l’électricité renouvelable », 

publié chaque trimestre par les gestionnaires de réseaux RTE et Enedis,

le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et l’Association des distributeurs d’électricité en France (Adeef).

Au 30 juin 2017, la puissance totale du parc renouvelable électrique français s’élevait à 46.853 mégawatts, 

soit 91% de l’objectif fixé pour 2018 par la Programmation pluriannuelle de l’énergie,

la feuille de route de la transition énergétique en France.

Plus de la moitié de ce total est couvert par les barrages hydrauliques (54%), tandis que l’éolien et le solaire en représente 41%.

Dans l’éolien, le parc atteignait au 30 juin 12.341 MW, avec 200 MW raccordés au réseau au second trimestre.

La filière a atteint 82,3% de ses objectifs pour 2018, soit 15.000 MW.

Dans le solaire, 194 MW ont été raccordés au deuxième trimestre, portant le parc à une puissance totale de 7.064 MW, soit 69,3% de l’objectif de 2018, à savoir 10.200 MW.

Les bioénergies électriques représentaient à fin juin, une puissance installée de 1.934 MW, avec 12 MW installés au deuxième trimestre.

© AFP

Pour info sur la transition énergétique mais la question à se poser : La France a t’elle fait des économies d’énergies, 

priorité absolue afin de faciliter la transition et laisser à long terme le fossile et l’uranium dans le sol?

Pour alimenter le débat, lire aussi :
Dans le journal Sud-Ouest du 13 Octobre 2016 :

Implantation d’éoliennes en Lot-et-Garonne : les internautes sont partagés

 

Publié le  par Mathilde Royer.
Implantation d’éoliennes en Lot-et-Garonne : les internautes sont partagés
49,1 % internautes ayant participé à notre consultation se disent favorable à l’implantation d’éoliennes. 

ILLUSTRATION “SO”

Si beaucoup dénoncent la pollution visuelle et sonore qu’impliquerait une telle implantation, d’autres estiment que des éoliennes valent mieux qu’une centrale nucléaire

Alors que les maires du Mas-d’Agenais et de Caumont-sur-Garonne ont récemment été démarchés par la société montpelliéraine Vents d’Oc pour une possible implantation d’éoliennes dans leurs communes, “Sud Ouest” a demandé aux internautes ce qu’ils en pensaient. Ils ont été plus de 1 200 à répondre à la consultation lancée sur notre site. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les avis sont partagés : 49,1 % des personnes ayant répondu se disent favorables à cette implantation et 49,3 % sont contre. 

 
Sud Ouest
CRÉDIT PHOTO : “SO”

“Il n’y a pas de vent en Lot-et-Garonne”

Certains, comme Bistodenas, estiment que cette idée “est totalement saugrenue” : “Il n’y a pas de vent en Lot-et-Garonne ou si peu. En tout cas, certainement pas de quoi faire tourner des éoliennes de manière productive.” Et Claudine Morvan, sur Facebook, d’appuyer : “Nous ne sommes pas dans une région venteuse, si c’est pour les voir sans fonctionner, ce n’est pas la peine.” Un argument que la société Vents d’Oc avait devancé assurant que “la technologie des éoliennes s’améliore de jour en jour. Il y a dix ans, elle ne nous permettait pas de nous implanter dans ce type de zone. Aujourd’hui, si.”

“C’est une agression visuelle”

Mais la grande majorité des opposants à ce projet d’implantation met en avant l’impact sur l’environnement. Et en premier lieu, “la pollution visuelle”. “Cela défigure les paysages. C’est une agression pour l’oeil”, écrit ainsi Los Craignos. D’autres s’inquiètent également des nuisances sonores, de la dangerosité pour les animaux, notamment les oiseaux, et dénoncent, à l’image de Bloodtower, “une escroquerie d’un coût exorbitant qui ne sera jamais rentable”.

“Il y a des zones vides et dépouillées d’habitations. Alors pourquoi venir ici”

Certains, plus modérés, s’interrogent sur le choix de ces communes : “Il y a des zones vides et dépouillées d’habitations. Alors pourquoi venir ici”, souligne Paul47 alors que Ludovic Feltmann, sur Facebook, pointe un paradoxe : “L’énergie éolienne, c’est propre, c’est écolo. Mais raser plusieurs hectares de bois dans le massif du Mas-d’Agenais, ça, ça ne l’est vraiment pas…”

“Refuser l’éolien, c’est accepter le tout nucléaire”

“On ne peut pas toujours dire oui, mais pas chez moi, répond cet internaute aux réfractaires. S’il y avait une solution sans inconvénient, cela se saurait. Refuser l’éolien, c’est accepter le nucléaire.” Quant à l’argument visuel, il n’a pas lieu d’être pour Sablefin : “Vous croyez que les centrales nucléaires, ce n’est pas immonde ? Et, en plus, elles représentent un risque pour la population.”

“Il faut avancer, dans la vie on ne peut pas dire non à tout”

“Cela crée de l’emploi et rapporte de l’argent aux communes”, estime, pour sa part, un autre internaute alors qu’ils sont nombreux à “ne pas comprendre les anti-éoliennes” : “Beaucoup d’autres pays nous ont largement dépassé en la matière. Il faut avancer, dans la vie on ne peut pas dire non à tout”.

Un article de FR3 Régions le 22 Mai 2017 :

Un projet de parc éolien ne fait pas l’unanimité en Lot-et-Garonne

Pas facile de préparer la transition énergétique. Une société privée envisage l’implantation de 7 éoliennes dans le nord agenais, à la limite du périgord. Mais les élus des communes concernées ne sont pas d’accord. Ils craignent que ces éoliennes dénaturent un paysage truffé de monuments historiques

Par CA 

Ces éoliennes de 150 mètres de hauteur seraient implantées à 500 mètres de toute construction. Mais cela ne suffit pas à rassurer dans ce secteur très verdoyant du haut-agenais. 

Autour, se trouvent notamment la bastide de Monflanquin et le majestueux château de Biron. “Les éoliennes seraient le double du château, c’est colossal, c’est énorme !” s’insurge Marcel Calmette, le maire de Paulhiac, qui a donné un avis défavorable au projet, à l’unanimité du conseil municipal.

Aucun projet de parc éolien n’a encore abouti en Aquitaine. 

Dans la Dépêche du Midi, le 8 Juillet 2017 :

Eoliennes de la Bruyère : le face-à-face judiciaire

M e Raphaël Darribère, l'avocat des propriétaires riverains de la RD 52, hier, dans la salle d'audience. / Photo L'Indépendant, Korynn.
M e Raphaël Darribère, l’avocat des propriétaires riverains de la RD 52, hier, dans la salle d’audience. / Photo L’Indépendant, Korynn.

Saisie en référé par la société Valeco, la justice dira, mardi matin, si les opposants au projet sont dans leur bon droit ou non. Pour l’heure, le passage des engins devant acheminer les éoliennes sur le chantier de Bouriège reste bloqué.

Qui de Valeco, la société porteuse du parc éolien de la Bruyère à Bouriège, ou des propriétaires riverains de la route départementale n° 52 est dans son bon droit ? Saisie en référé, Sylvie Mollat, la présidente du tribunal de grande instance de Carcassonne, n’aura pas trop de son week-end pour rendre sa copie. L’ordonnance de la magistrate est attendue pour mardi, à partir de 9 h 30.

Propriétaire de toutes les autorisations nécessaires pour dresser dans le ciel de Bouriège six aérogénérateurs, Valeco bute, depuis la fin du mois de mai, sur un sérieux problème. Les engins devant acheminer les mâts puis les pales sur le site ne pourraient le faire qu’en empiétant sur des propriétés privées. Sûrs de leur bon droit, les propriétaires ont pour l’heure empêché plusieurs convois de passer. Au grand dam de Valeco qui affirme avoir déjà perdu plus de 400 000 €. Entré dans le bal de la confrontation en juin, le département a pris un arrêté interdisant la circulation et le stationnement sur une partie de RD 52. Reste à savoir si cet arrêté vise aussi les engins de Valeco. Pour Me Raphaël Darribère, l’avocat des propriétaires, cette interdiction vaut pour tous. Me Alexia Eskinazi, l’avocat de Valeco, entend rappeler que cet arrêté a été pris pour le compte de son client et que les blocages des convois se produisent sur la voie publique et non sur des propriétés privées. La question est donc de connaître avec exactitude la largeur de la voirie départementale et où se situent les frontières des parcelles privatives.

Sur ce point, aucune des deux parties n’est en mesure d’avancer un chiffre. Certes, le conseil départemental a bien pris un arrêté d’alignement de la chaussée mais celui-ci n’a pas été encore notifié aux riverains. La magistrate fera donc sans.

En attendant, Valeco a confiné ses éoliennes sur le port de Sète. Les anti-éoliens ont également reçu un appui assez explicite de la cour administrative d’appel de Marseille. Si celle-ci considère que Valeco a respecté l’ensemble des demandes liées à son projet, les magistrats ont cependant estimé qu’il y avait un problème de conception. Est-ce à dire que la RD 52 est finalement trop étroite ? Réponse mardi matin.

1 Comment

  1. A un moment donné, il faudra se poser le question de la COMPATIBILITE entre “Eoliennes et Cadre de Vie” ; entre “Champs de panneaux Solaires et Cadre de vie”… Comment concilier l’impérieuse nécessité de la transition énergétique vers les Energies Vertes et la protection du Cadre de vie par la conservation de l’harmonie naturelle de notre environnement.
    Les éoliennes, comme les champs de panneaux solaires, ont déjà soulevé de nombreuses controverses. “Pollution visuelle et sonore” pour les éoliennes, “défiguration des paysages” par les hectares de panneaux solaires.
    La question est vraiment en débat.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*