Environnement – Ecologie : à l’Elysée, les apiculteurs réclament de l’aide…

Le figaro.fr avec l’AFP, publie ce 19 Juin 2018, un article sur la mortalité anormale des abeilles et les demandes d’aides formulées par les apiculteurs à l’Elysée.

Céline Garcia nous conseille la lecture de ce petit article fort intéressant. Pour accéder au Figaro.fr et à l’article AFP, cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/06/19/97002-20180619FILWWW00357-a-l-elysee-les-apiculteurs-reclament-de-l-aide.php

Céline Garcia

—– Extraits —-

A l’Elysée, les apiculteurs réclament de l’aide

Des représentants des apiculteurs reçus mardi à l’Elysée ont insisté sur leur demande d’aides d’urgence après un hiver qui a vu une mortalité “anormale” des abeilles, ont-ils indiqué à l’issue de la rencontre.

“Concrètement, (nous demandons) une aide d’urgence pour les apiculteurs sinistrés”, a indiqué à l’AFP Loïc Leray, vice-président de l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), notant que cette demande se heurtait toujours aux dossiers réclamés pour faire la “preuve des mortalités” des pollinisatrices.

Mais il a expliqué n’être pas en mesure à ce stade de chiffrer le montant global de cette aide d’urgence, faute de données complètes sur la mortalité et le nombre d’apiculteurs touchés. “Il y a un gros dysfonctionnement au ministère de l’Agriculture pour faire remonter les pertes hivernales”, a-t-il dénoncé, alors que le ministère s’est engagé la semaine dernière à “établir un état des lieux précis des mortalités sur l’ensemble du territoire”.

Dans tous les cas, “dans l’apiculture, ce ne sont pas de gros chiffres d’affaire, donc pour que les apiculteurs sortent la tête de l’eau, ce ne serait pas des montants très importants”, a commenté José Nadan, de la Fédération française des apiculteurs professionnels, évoquant 200 euros de perte de capital pour une ruche décimée, en plus de la perte de chiffre d’affaires.

“Il n’y en a pas pour des dizaines de millions d’euros, ce n’est pas si important par rapport aux aides octroyées à d’autres filières agricoles assez régulièrement”, a-t-il ajouté à l’issue de cette rencontre avec Audrey Bourolleau, conseillère agriculture d’Emmanuel Macron.

—–

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*