Des Citoyens – Veilleurs dans l’Agglomération du Grand Villeneuvois…

Villeneuve-sur-Lot : des citoyens veilleurs auront l’Agglo à l’œil

Publié le  par Thomas Mankowski.
Villeneuve-sur-Lot : des citoyens veilleurs auront l’Agglo à l’œil
Sylvain Blanche interviewé par Thomas Mankowski.

 

Sylvain Blanche travaille à la création de cette association de défense des intérêts des habitants du Grand Villeneuvois. Les statuts devraient être déposés dans les prochaines semaines.

T.MA.

Une association est en cours de constitution pour veiller aux intérêts des habitants de la CAGV.

Si, avec le temps, certains ont pu oublier le Comité de défense du cadre de vie de Saint-Antoine-de-Ficalba, il est peu probable qu’on ne s’en souvienne pas dans les couloirs de la Communauté d’agglomération du Grand Villeneuvois (CAGV). À Casseneuil, comment aurait-on pu oublier son activisme – payant – lorsqu’il s’est agi d’empêcher il y a quatre ans la réalisation d’une vaste Zone d’aménagement concerté (ZAC) sur le territoire de la petite commune voisine de Villeneuve ?

 

Créée pour contrer ce projet porté par la CAGV dont elle dénonçait l’ampleur, l’association s’était prise au jeu de la veille citoyenne, avait édité en 2010 une « charte de la vigilance citoyenne pour l’aménagement des territoires ruraux » et aujourd’hui, décide d’étendre son champ d’action. Sylvain Blanche, appuyé entre autres par Gérard Formaggio, travaille à la création d’une nouvelle association qui se donnera la même ambition mais à l’échelle de l’agglomération.

Ils partent d’un constat simple : localement, les principales décisions se prennent au siège de la CAGV. Une réunion doit se tenir mercredi prochain pour constituer le bureau.

Ses fondateurs ont bien l’intention de mettre le nez dans un maximum de dossiers et ainsi veiller aux intérêts de ses 50 000 habitants : « Celui qui gueule, c’est bien, mais est-ce qu’il bouge ? », interroge Sylvain Blanche. « Beaucoup de citoyens ne se soucient pas des dossiers en train de se monter et se réveillent quand il est trop tard. Il faut montrer l’exemple et agir en amont, dans la phase d’élaboration. »

Des relais partout

Dans leur idée, cette veille doit concerner autant des projets structurants que l’usage au quotidien des deniers publics. Des empêcheurs de tourner en rond ? S’il s’agit d’abord de veiller, ils se disent aussi disposer à accompagner et à se faire force de propositions : « On s’appliquera à disposer de relais dans chacune des 19 communes de l’agglomération », explique Gérard Formaggio qui vient de succéder à la présidence du Comité de défense du cadre de vie de Saint-Antoine à Sylvain Blanche, afin que celui-ci puisse se concentrer sur les missions de la future entité : « Une association a l’avantage de pouvoir impliquer des gens motivés par des valeurs, non par des logiques de partis. »

Pour l’éloigner de toute sorte de conflit d’intérêt, l’association entend fonctionner sans subvention publique et sans membre actif affilié à un parti ou un syndicat.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*