L’abattage des arbres à Crépy-en-Valois divise les habitants

Dans la revue de Presse de notre amie Sylvie Decoustal, un très bel article de Cindy Belhomme, paru dans le Parisien du 24 Octobre 2017 :

Sylvie Delcoustal

Cela nous rappelle l’affaire des Cèdres de Restat…

L’abattage des arbres à Crépy-en-Valois divise les habitants

Cindy Belhomme
LeParisien.fr  
L’abattage des arbres à Crépy-en-Valois divise les habitants
Crépy-en-Valois, lundi. Madeleine Fontaine, une habitante du quartier Gaston-Ramon, s’oppose à l’abattage de plusieurs arbres. Pour elle, il s’agit d’un « massacre non justifié »

Sept arbres jugés gênants et dangereux doivent être abattus dans le quartier Gaston-Ramon. Des habitants y sont favorables, d’autres avancent divers arguments écologiques et esthétiques.

Les ronds bleus tagués sur les troncs ont mis la puce à l’oreille de Madeleine Fontaine. Sept arbres situés autour de la placette du quartier Gaston-Ramon, à Crépy-en-Valois, vont être abattus. Alors, cette habitante, installée dans le quartier depuis 1976, est vent debout contre ce « massacre ».

« Il est inadmissible que des arbres sains soient abattus, peste cette retraitée. Ils dégagent de l’oxygène et leurs feuilles absorbent le gaz carbonique des pots d’échappement des véhicules circulant sur l’avenue de Senlis. Ils nous permettent aussi d’avoir de l’ombre. L’été, on étouffe dans ces blocs de béton. » Un point de vue partagé par Damien Soinier, un autre habitant du quartier : « Les arbres permettent d’habiller l’espace et de couper le vis-à-vis. Ils absorbent le bruit aussi. C’est vraiment dommage ! »

Une question de sécurité pour la mairie

La mairie de Crépy-en-Valois se montre agacée par ces réactions. Car l’abattage des arbres a fait l’objet d’une réunion publique, il y a deux ans. « La population s’est prononcée pour. La décision a été entérinée, rappelle Pascal Fayolle, premier adjoint au maire. Les conifères ont été plantés trop près des immeubles. Leur disparition va permettre de redonner de la lumière aux locataires. »

Un enjeu de sécurité se posait aussi : « les peupliers sont vieux et trop hauts, souligne l’élu. Tout cela est dangereux. » Des retraités du quartier en ont d’ailleurs fait les frais l’an passé. « On a été coupé de chauffage car les racines des arbres ont défoncé les canalisations. Plus les arbres vieillissent, plus ils sont sujets à exploser en cas d’orage. »

Quant à l’environnement, Pascal Fayolle se veut rassurant. « Chaque arbre coupé sera remplacé une autre essence ». Mais pour Madeleine Fontaine, un simple élagage ou écimage aurait été plus judicieux. « (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr
 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*