Le Dossier Saint-Sulpice : une affaire à suivre… assidûment…

Une vingtaine de participants étaient réunis ce Jeudi soir 16 Novembre 2017, pour faire le point sur le problème posé par les projets de la CAGV de créer des zones d’activités sur les terres agricoles du secteur de Saint-Sulpice, Commune de Villeneuve-sur-Lot.

Veillée d’armes pour 3 associations réunies en réaction contre les projets d’aliénation des terres fertiles situées entre l’Avenue Henri Barbusse et les rives du Lot : Association du Grand Villeneuvois pour la Défense du Cadre de  Vie, Association ATTAC, et Confédération Paysanne.

LE PROBLEME EN QUESTION :

Le service économique de l’Agglomération du Grand Villeneuvois cherche à faire l’acquisition de plusieurs dizaines d’hectares de terres en vue de la création de nouvelles zones d’activités dans le secteur de Saint-Sulpice.

Jusque là, rien à dire : c’est son Job…

Mais, ce qui pose problème, c’est que les terrains sur lesquels la CAGV a jeté son dévolu sont des terres agricoles fertiles, situées entre la route de Tournon et la rivière Lot, et normalement déstinées à d’ éventuels acquéreurs agriculteurs exploitants, qui peuvent préempter via la SAFER.

Or, ces terres avaient acquéreur en la personne de  M. Le Bot, agriculteur à Hautefage-la-tour.  Sa demande d’abord acceptée et validée, a été déboutée pour “erreur de procédure”… La CAGV a donc préempté et a fait l’acquisition de la ferme de M. Daurios en 2016.

Depuis, la CAGV se préoccupe de l’achat de nouveaux terrains voisins afin de pouvoir créer une vaste zone d’une vingtaine d’hectares. Les agents de la CAGV qui démarchent les riverains du secteur, n’en font pas mystère : cette zone serait destinée à une très grosse enseigne locale, en pleine expansion, désireuse d’implanter à cet endroit, quelque 7 h 1/2 de bâtiments industriels.

Jusqu’à présent, 2 lots ont déjà été acquis. Mais, malgré les démarches réitérées et pressantes des mandataires de l’Agglomération, le couple Balès refuse de vendre, malgré les menaces d’expropriation possible, via une Déclaration d’Utilité Publique, diligentée dans “l’intérêt général”, après enquête d’utilité publique, par le Président de l’Agglomération et le Préfet…

LA RIPOSTE :

Face à ces menaces, les 3 associations réunies en collectif d’action, ce Jeudi soir 16 Novembre, à Saint-Sulpice, ont décidé de réagir méthodiquement et avec force pour essayer d’enrayer la machine infernale à broyer des terres au profit du béton. Un suivi de l’affaire a été organisé pour effectuer toutes les démarches nécessaires auprès des différents services et acteurs impliqués dans ce que nous appellerons, désormais : le DOSSIER SAINT-SULPICE.

Tout d’abord, tous les membres présents se sont déclarés solidairement actifs, pour soutenir le combat de résistance mené par le couple Balès, non intéressé par les propositions de la CAGV, et surtout NON-VENDEURS.

Une demande d’audience auprès du Président de la CAGV, sera faite, dès le 17 Novembre, par le collectif représenté par Sylvain Blanche, au nom de l’Association du Grand Villeneuvois pour la Défense du Cadre de vie, Marie-Hélène Loiseau, au nom de l’Association ATTAC, et Christian Crouzet au nom de la Confédération Paysanne.

Enfin, une lettre ouverte commune aux 3 associations sera publiée, pour informer les élus et la population du grand Villeneuvois, via la Presse locale, écrite et audio-visuelle.

DOSSIER SAINT-SULPICE : une affaire à suivre… assidûment…

 

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*