Les nuisances du Ball-Trap de Montpezat…

Le journal Sud-Ouest du 7 Avril 2015, relate les tribulations de nos voisins de Montpezat d’Agenais, pour cause de Ball-trap..


——
Montpezat-d’Agenais (47) : de nouvelles tensions autour du ball-trap
COMMENTAIRE Publié le , modifié le 07/04/2015 à 08h38 par Jean Escodo et Mathilde Curien
Contesté depuis plus de sept ans, le projet de redémarrage du ball-trap de Pech-d’Ancou fait, une nouvelle fois, parler de lui. Six plaintes ont été déposées

Montpezat-d’Agenais (47) : de nouvelles tensions autour du ball-trap
Ce projet est contesté depuis plus de sept ans.

Avec l’arrivée du printemps, les habitants de Montpezat-d’Agenais ont vu fleurir sur les bords des routes des panneaux signalant le danger que constitue le projet de redémarrage du ball-trap de Pech-d’Ancou. Un projet que les opposants, fédérés par l’association Environnement et cadre de vie (ECV), contestent depuis plus de sept ans.

Mais très vite, les panneaux ont été détruits. Ainsi, une demi-douzaine de plaintes ont été déposées il y a une dizaine de jours pour dégradations volontaires. Pour exemple, des banderoles ont été arrachées, lacérées à coup de cutter, ou agrémentées de l’inscription « Non aux écolos » en lieu et place de « Non au ball-trap. » Suite à ces dégradations, l’association ECV a adressé un courrier aux élus de Montpezat-d’Agenais en leur demandant de revoir leur appréciation de ce dossier. Cela a eu pour effet de réveiller un climat de tensions entre les riverains et les utilisateurs du ball-trap.

“Cinq années de tranquillité, c’est trop court ! Nous voulons être protégés”
Le site qui était dédié à cette activité, situé sur un Pech dominant la vallée de la Bausse, est sur une zone naturelle protégée. Les mesures sonométriques de 2009 ont depuis cantonné l’activité de ball-trap à 800 mètres de là, au lieu dit Pince-Guerre et à deux séances de tirs par an au lieu de la trentaine habituelle.

Deux projets à l’étude
Mais l’association de ball-trap, peu satisfaite de cette situation a déposé une demande d’ouverture de stand. Deux projets seraient à l’étude, un ball-trap temporaire et un permanent avec, semble-t-il, avis favorable des élus municipaux. Avec ces nouveaux projets les riverains de Pech-d’Ancou, mais aussi ceux de Pince-Guerre, craignent d’être impactés par ces nuisances « bruit et plomb ».

Les responsables de l’ECV ont écrit au préfet et services de l’État pour leur faire part de leurs inquiétudes. « Cinq années de tranquillité, c’est trop court ! Nous voulons être protégés », demandent-ils en affirmant qu’ils sont toujours plus nombreux à vouloir vivre sans les nuisances du ball-trap.
——
Nous sommes solidaires.

La Dépêche du Midi , dès le 19 Avril 2009 :

Montpezat. Ball-trap: stopper les nuisances

Les membres du bureau de l'association Environnement et Cadre de Vie présentent leurs griefs contre le ball-trap de Pech d'Ancou. - DDM
Photo : La Dépêche du Midi – 19 Avril 2009

 

Les membres du bureau de l’association Environnement et Cadre de Vie présentent leurs griefs contre le ball-trap de Pech d’Ancou. DDM

Vendredi 10 avril, l’association Environnement et Cadre de Vie a souhaité faire un communiqué sur le ball-trap de Montpezat d’Agenais et les nuisances relevées par les membres de l’association.

En présence de Jean-Pierre Lacave, président de SEPENLOG, de Pierre Salanne, vice-président des Verts 47, le bureau de l’association souhaitait évoquer les problèmes occasionnés par le ball-trap. Dès sa création en 1995 au Pech- d’Ancou, les problèmes avec les riverains, bruit, nuisances, non respect de la réglementation, ont commencé à surgir. En 2002, l’activité s’intensifie et une pétition de 150 signataires est déposée à la mairie. Lors d’une réunion organisée par la mairie de Montpezat- d’Agenais, le club de ball-trap fait part de ses projets de développement avec des séances de tir étoffées.

André Lavaud, président de l’association, évoque les nuisances de ce ball-trap. « Avec quelque 40 séances de tir de 4 heures par an et une moyenne d’un tir toutes les 5 à 10 secondes, ce sont 2,5 tonnes de plomb par an qui sont rejetées sur le site et les propriétés voisines, soit 25 tonnes depuis 1995 ».

Pour stopper ces nuisances et cette pollution, l’association a proposé l’utilisation de fusils silencieux, de cartouches subsoniques et à billes d’acier. Cette solution aurait été refusée par le club de ball-trap qui aurait choisi d’ériger des buttes de terre d’une hauteur de 10 mètres sur 220 mètres de long autour des 2 stands de tir pour limiter le bruit. L’association fait aussi remarquer que le ball-trap est situé dans la Zone d’Intérêt Floristique et Faunistique (ZNIEFF) « Les coteaux de Montpezat ».

En raison de ces nuisances, l’association a demandé au préfet, au maire de Montpezat d’Agenais, l’arrêt des activités de ball-trap et envisage même, si elle n’obtient pas satisfaction, d’engager des poursuites judiciaires pour « mettre fin aux pollutions ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*