L’inquiétante disparition des oiseaux dans nos campagnes…

Dans sa revue de la Presse Régionale, notre amie Sylvie Delcoustal, Secrétaire Générale de l’Association “Défense du Cadre de vie”, a découvert un article paru dans le Journal Le “Sud-Ouest” du 20 Mars 2018, sur l’inquiétante disparition des oiseaux dans nos campagnes. A lire avec profit pour préparer notre grande Conférence-Débat du 25 Mai prochain, sur la Biodiversité.

Sylvie Delcoustal

L’inquiétante disparition des oiseaux dans nos campagnes

L’inquiétante disparition des oiseaux dans nos campagnes
Le pipit farlouse, par exemple, un passereau qui se nourrit d’invertébrés, a perdu 68 % de ses troupes en 17 ans.

WIKI COMMONS CC-BY MYOSOTIS SCORPIOIDES

En 25 ans, un tiers des oiseaux ont disparu dans les zones agricoles. La faute à l’agriculture intensive et à l’utilisation massive des pesticides, selon les chercheurs.

Nos campagnes sont-elles en train de devenir de véritables déserts ? C’est le constat alarmant dressé par deux études récentes sur les oiseaux, l’une menée par le Museum d’histoire naturelle sur tout le territoire français, l’autre par le CNRS dans les Deux-Sèvres. La faute à l’agriculture intensive et à l’utilisation massive des pesticides, selon les chercheurs.

“La situation est catastrophique”, se désole Benoît Fontaine, biologiste de la conservation au Centre d’écologie et des sciences de la conservation (Cesco) du Muséum national d’histoire naturelle. Depuis 2001, les oiseaux communs des milieux agricoles ont perdu 33% de leurs effectifs.

 

Certaines espèces ont pratiquement disparu

“Les populations d’oiseaux s’effondrent littéralement dans les plaines céréalières, et cela concerne toutes les espèces”, renchérit Vincent Bretagnolle, écologue au Centre d’études biologiques de Chizé. Le pipit farlouse, par exemple, un passereau qui se nourrit d’invertébrés, a perdu 68 % de ses troupes en 17 ans, tandis que la linotte mélodieuse, a vu de son côté disparaître 27% de sa population. Dans les Deux-Sèvres, l’alouette des champs a perdu la moitié de sa population et les perdrix se sont pratiquement éteintes en 25 ans.

“Ce qui est véritablement alarmant”, annalyse Vincent Bretagnolle, c’est que cette régression concerne même les oiseaux que l’on trouve aussi dans les milieux boisés. Or, leur population “ne diminuent pas ou peu dans leur milieu de prédilection. Cela signifie que c’est la qualité globale de l’écosystème agricole qui se détériore”.

Agriculture intensive et pesticides pointés du doigt

Les causes de la disparition des oiseaux des champs sont donc à chercher du côté de l’agriculture intensive et ses paysages toujours plus homogènes, néfastes pour la biodiversité. “Les surfaces dédiées à la monoculture n’ont cessé d’augmenter en France, conduisant à la destruction des milieux favorables aux oiseaux et aux insectes”, constate Benoît Fontaine.

Printemps silencieux (1962), de la biologiste Rachel Carson.
Printemps silencieux (1962), de la biologiste Rachel Carson.

CRÉDIT PHOTO : WILDPROJECT

Autre facteur nuisible : les pesticides, en l’occurrence les néonicotinoïdes, qui contaminent l’ensemble de l’écosystème, et le glyphosate (Roundup), herbicide le plus utilisé au monde. “Il n’y a quasiment plus d’insectes, c’est ça le problème numéro un”, martèle Vincent Bretagnolle. Un constat identique partout puisque deux études récentes révèlent que l’Allemagne et l’Europeauraient perdu 80% d’insectes volants et 421 millions d’oiseaux en 30 ans. Selon les chercheurs, cette situation n’est toutefois pas encore irréversible.

“Mais il devient urgent de travailler avec tous les acteurs du monde agricole pour accélérer les changements de pratiques ; et d’abord avec les agriculteurs qui possèdent aujourd’hui les clés pour infléchir la tendance. Le printemps silencieux annoncé par Rachel Carson pourrait devenir une réalité si nous ne réagissons pas très vite”,Vincent Bretagnolle

Lire, également :

http://www.sudouest.fr/2018/03/20/declin-des-oiseaux-dans-nos-campagnes-nous-vivons-une-catastrophe-ecologique-4297583-706.php?xtmc=oiseaux&xtnp=1&xtcr=1

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Retrouvez-nous sur Facebook