Peut-on supprimer les pesticides de nos fruits et légumes en les lavant ?

Avec les fruits et légumes que nous consommons, nous ingérons, très souvent, de nombreux pesticides. Céline Garcia, notre “Veilleur-Citoyen” pour les questions de santé et d’alimentation, nous conseille la lecture d’un article de Alice Texier, paru ce 20 Février 2018 dans le Figaro.fr, intitulé : “Peut-on supprimer les pesticides de nos fruits et légumes en les lavant?”.

Céline Garcia

Peut-on supprimer les pesticides de nos fruits et légumes en les lavant ?

 

Peut-on vraiment enlever les pesticides de nos fruits et légumes ?
Selon l’enquête menée par l’ONG Générations Futures dévoilé ce mardi 20 février, on retrouve des traces de pesticides dans 72% des fruits étudiés et 41% des légumes non-bio. Existe-t-il une méthode pour enlever une partie des produits phytosanitaires présents sur la peau de nos fruits et légumes ? Éléments de réponse avec trois experts.

À quelques jours de l’ouverture du Salon International de l’Agriculture à Paris, Générations futures rend public ce mardi 20 février un rapport inédit (1) sur la présence des résidus de pesticides mesurés dans des fruits et légumes non bio consommés en France. Et les chiffres sont effrayants : on trouve des résidus de pesticides sur plus de 72 % des fruits et 41 % des légumes présents sur les étals français. Pour obtenir ces chiffres l’organisme a étudié entre 2012 et 2016 les données de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), qui procède à des contrôles réguliers sur les végétaux vendus dans l’Hexagone. Certains fruits, notamment le raisin (dont 89 % de la production est concernée), la mandarine ou la cerise, sont plus impactés que d’autres. Au rayon légumes, le chou bruxelles remporte le titre peu envié de légume contenant le plus de produits chimiques avec, également, des traces de résidus de pesticides dans 89 % d’entre eux. «Les fruits et légumes français ont le taux de dépassement de la limite autorisée le plus haut d’Europe», ajoute Coline Salaris, docteure en science politique spécialisée dans la santé (2). Pour garantir une meilleure conservation, certains végétaux sont d’ailleurs traités après la cueillette. Par conséquent, des pesticides pénètrent également à l’intérieur de la chair. Peut-on faire quelque chose, à la maison, pour enlever le plus de traces toxiques possible sur la peau des fruits et légumes que nous consommons ? Le bio est-il une garantie en la matière ? Réponses avec Coline Salaris, François Veillerette, directeur de l’association Générations futures (3), et Philippe Pouillart, enseignant-chercheur en pratique culinaire et santé à l’Institut polytechnique UniLaSalle à Beauvais (4).

Un rinçage efficace existe-t-il ?

Rincer ses fruits et ses légumes à l’eau avant de les consommer permet évidemment de les laver mais ce n’est pas suffisant pour enlever l’intégralité des substances chimiques. «Les pesticides ne sont pas lessivables à l’eau, sinon les agriculteurs devraient traiter leurs cultures tous les jours après chaque arrosage ou chaque pluie», explique François Veillerette. Selon une étude publiée en octobre dernier dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, la solution la plus efficace serait de tremper ses fruits et légumes dans l’équivalent de deux verres d’eau mélangés à deux cuillères à café de bicarbonate de soude. Ce bain, pour être complètement efficace, doit durer quinze minutes. Attention donc à bien anticiper son envie de fruit avant le repas. Toutefois, «seulement deux types de pesticides ont été analysés», souligne Coline Salaris. «L’effet “cocktail”, tel qu’il est pratiqué par les agriculteurs, n’est pas pris en compte», poursuit-elle. Que penser du vinaigre blanc, véritable allié de nos grands-mères ? «Il est utilisé en restauration collective. Le vinaigre blanc est efficace pour désodoriser et éliminer les bactéries après un bain de cinq minutes, suivi d’un rinçage à l’eau claire», nous apprend Philippe Pouillart. Mais il n’existe aucune étude scientifique pour établir son efficacité contre les résidus de pesticides. Reste l’alternative qui consiste à éplucher consciencieusement ses légumes puis à les laver à nouveau ensuite, sachant que l’on va perdre une partie des nutriments contenus dans la peau des fruits et des légumes.

Et du côté du rayon bio ?

Pas de pesticides dans les produits bio ? Si, mais dans une quantité moindre par rapport aux produits issus de l’agriculture conventionnelle. «En 2016, 5 % des fruits et légumes bio contenaient des pesticides, mais aucun spécimen n’avait un taux supérieur au seuil légal autorisé», rapporte François Veillerette. Une nouvelle rassurante, même si, en octobre, France 3 révélait la présence de produits phytosanitaires, interdits dans l’agriculture biologique, dans des carottes achetées en magasins bio. «Malgré un cahier des charges strict, il peut y avoir un non-respect de la charte. Des contaminations via les sols ou le vent sont également possibles», tempère Coline Salaris. À noter que, pour se protéger des nuisibles, certains agriculteurs en bio utilisent des produits naturels pour remplacer les pesticides. Produits naturels, certes, mais néanmoins toxiques, comme le cuivre. L’Inra a présenté le 16 janvier dernier un rapport pour aider les agriculteurs à réduire les doses de cuivre de manière significative. Ceci étant dit, acheter bio, en particulier pour les fruits qui ne se lavent pas comme les framboises, reste aujourd’hui, selon nos experts, le moyen le plus efficace pour ne pas croquer à pleines dents dans des pesticides. (1) Résidus de pesticides dans les fruits et les légumes en France : accès au rapport complet. (2) Coline Salaris, docteure en science politique, chercheuse associée au Centre Emile Durkheim. (3) François Veillerette, directeur de l’association Générations futures. (4) Philippe Pouillart, enseignant chercheur en pratique culinaire et santé à l’Institut polytechnique

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*