Poubelle la vie… le feuilleton continue…

POUBELLE LA VIE… Le feuilleton continue…

Dérisoires, sans doute, au regard du contexte National et International de ce mois de Novembre 2015, des incivilités en tous genres, qui deviennent thèmes récurrents, contribuent, en sus, à nous pourrir la vie quotidienne, au plan local…
Il ne se passe pas une seule semaine sans que notre cadre de vie ne soit souillé ou perturbé par des pollutions et nuisances de toutes sortes.
Le pompon revient, évidemment, aux décharges sauvages, en rase campagne ou près des voies à grande circulation…
Parmi les plus récents « dépôts » de la part des « sans-gêne » sur la seule petite commune de Saint-Antoine : des tas d’ordures en tous genres à Caminol, tout près des bornes à verres et à papiers; des déchets de travaux de rénovation, sur le bord de la route, au rond-point de Lagougine, et près de la ferme de Poulvignac ; puis, plus récemment, au pied du pont cavalier de Lagougine…
Il y eut, bien sûr, au printemps dernier, des quintaux de boue laissés par les gentils décrottages de roues de tracteurs sur les voies communales…
Sans compter, des dépôts plus subtils de cacas et de papiers toilettes à proximité du rond-point, côté Poulvignac…
Nous ne comptons plus les centaines de bouteilles et de canettes vides ou remplies d’urine, les milliers de mégots qui jonchent les bords de la route nationale.
Et, comme si ces pollutions visuelles et plus ou moins organiques ne suffisaient pas, d’aucuns s’évertuent à nous infliger des pollutions olfactives et des nuisances sonores…
A Soulbié, en septembre dernier, un gros tas de vieux blé de semences inutilisé, brûlait et se consumait, sans surveillance, en bordure du chemin communal, infligeant au voisinage et aux promeneurs, un superbe cadeau d’âcres senteurs pestilentielles qui auraient fait fuir une cohorte de blaireaux.
Et pendant ce temps là, pour compléter le tableau, les petits avions d’acrobaties de l’aéro-club de Villeneuve, viennent, des heures durant, le soir, et même le week-end, nous asséner leurs pétaradants et lancinants vrombissements des exercices de voltige au dessus de la commune de Saint-Antoine… Merci à eux, pour cette gentille musique à faire péter les plombs qu’ils nous assènent au mépris de la paix, de la tranquillité et du repos du voisinage… Du moment qu’ils y prennent leur plaisir… les autres ont le tort d’habiter juste au dessous…
Comment qualifier les excès de vitesse sur les petites routes de la commune ? Sur les tronçons limités à 50 km/h, en raison de leur grande dangerosité, de nombreux véhicules passent à des vitesses supérieures à 70, voire 90 km/h… Ils font courir, à chaque instant, d’énormes risques d’accidents, en même temps qu’ils menacent, gravement, la vie quotidienne des riverains. Faut-il attendre un accident mortel pour intervenir ? De nombreuses demandes de contrôles routiers ont été adressées aux forces de l’ordre qui n’ont, jusqu’à présent, donné aucune réponse satisfaisante à ce lancinant problème.
Que dire aussi, des intrusions intempestives, de groupes de chasseurs, armés jusqu’aux dents, et précédés d’une meute de chiens particulièrement bruyants, sur des propriétés privées ? Droit de chasse, à quelques mètres des maisons d’habitations de Péchon ? Que dire de la « civilité » de ces intrus, qui profèrent des menaces lorsqu’on leur demande de s’éloigner de l’habitat, en raison des risques d’accidents qu’ils font encourir aux riverains?
Que dire, enfin, des craintes éprouvées par les riverains de la vallée de l’Estiflet, eu égard au futur aménagement du lac de Peyrat. En réunion à la Mairie le 17 Novembre dernier, les habitants de la vallée se sont inquiétés des conséquences des dysfonctionnements de la régulation du cours d’eau depuis la source de Peyrat. L’état de friche actuel du site inquiète. Le cours d’eau est totalement capté par le lac et, en été, le ruisseau en aval est totalement asséché, ce qui est fort préjudiciable pour la biodiversité du secteur. En périodes de fortes pluies, la vanne de régulation du lac en panne et le déversoir de trop plein obstrué, font que les flux de déversement provoquent de fortes montées des eaux en aval et font courir le risque d’inondations. Les futurs travaux de déboisement et de terrassements, si le lac est aménagé, ne sont pas de nature à rassurer les habitants du secteur.
Et, comme si tout cela ne suffisait pas, un sacré risque de pollutions organiques et olfactives nous pend au nez…
En effet, les autorités communautaires du Grand Villeneuvois, ont contracté avec les établissements Fonroche, l’installation d’un méthaniseur industriel sur la zone d’activités de Villeneuve-sur-Lot, comme moyen d’éliminer, sur place, les déchets ménagers et lisiers agricoles, en produisant du bio-gaz et un « digestat » qui serait le « fumier de demain » pour nos agriculteurs…
Ce nouvel outil d’élimination des déchets nécessite l’évacuation des résidus du traitement qui sortent de l’usine à gaz… Et cela devient problématique pour les habitants de l’Agglo. En effet, le « digestat » doit être transporté et stocké avant épandage. Cela va nécessiter camions de transport, et d’immenses cuves de stockage. Le digestat stocké sera ensuite rétrocédé aux agriculteurs utilisateurs qui en assureront l’épandage dans leurs champs.
On sera loin des subtiles senteurs de Lavandes de Provence ! Sans parler des mouches – les vertes – qui ne manqueront pas de nous rendre visite, par milliers… En guise de « développement durable », nous aurons, probablement, de la « parfumerie industrielle »… Que du bonheur !

Nous avons, fort heureusement, une Municipalité très réactive qui a pris et prend en compte, très rapidement, toutes ces questions. Nous comptons sur nos édiles pour veiller au grain et pour prendre toutes les mesures préventives et curatives, techniques, administratives, ou juridiques, pour traiter ces fléaux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*