Vers la fin du changement d’heure ?

Deux fois par an, nous sommes obligés de changer d’heure. Nous avançons ou retardons nos montres et horloges pour répondre aux directives de ceux qui ont pensé pour nous… Chaque fois, nous avons du mal à nous adapter, et il nous faut toujours quelques jours pour “retomber sur nos pattes”… Est-ce vraiment utile et efficace ? Beaucoup de nos contemporains pensent que non ; quelques “têtes d’oeuf” semblent partager ce sentiment… Maintenant c’est le Parlement Européen qui s’interroge… De sa prochaine décision, notre vie pourrait-être changée… Je vous conseille la lecture du dossier, constitué sur ce sujet, publié ce 8 Février 2018 par le Figaro.fr :

Céline Garcia

Vers la fin du changement d’heure ?
Les députés du Parlement européen doivent voter aujourd’hui, à midi, une résolution pour le maintien ou non du changement d’heure au sein des pays membres. Un vote négatif pourrait changer la vie de près de 510 millions d’européens, et notamment des 67 millions de français. Il a été insufflé par des initiatives et des pétitions citoyennes qui évoquent les préoccupations en termes de santé.

——
Les députés du Parlement européen doivent voter aujourd’hui, à midi, une résolution pour le maintien ou non du changement d’heure au sein des pays membres.

Un vote négatif pourrait changer la vie de près de 510 millions d’européens, et notamment des 67 millions de français. Il a été insufflé par des initiatives et des pétitions citoyennes qui évoquent les préoccupations en termes de santé.
Le changement d’heure a été mis en place en France, en 1976 au début du septennat de Valéry Giscard-d’Estaing. Il était destiné à réaliser des économies d’énergie en passant à l’horaire d’été au début du printemps avant de basculer en horaire d’hiver le dernier dimanche d’octobre, en reculant d’une heure nos montres. Si la mesure est validée, elle ne sera pas effective dans l’immédiat. C’est à la Commission européenne que reviendra la charge de convaincre les 28 états membres d’appliquer cette résolution.

Cet article nous renvoie, également, à un article publié le 29 Octobre 2016 dans le Figaro.fr, par Frédéric de Monicault :

Changement d’heure : de petites économies d’énergie

Changement d'heure : de petites économies d'énergie

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a calculé les gains en termes de consommation d’énergie provoqués par le passage à l’heure d’hiver.

—–

Le débat n’est pas nouveau mais à l’heure de la transition énergétique, il prend un relief tout particulier: le changement d’heure, qui se déroule dimanche pour le passage à l’heure d’hiver, débouche-t-il réellement sur des économies d’énergie? L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) s’est penché sur le sujet et ses travaux, même s’ils n’ont pas fait l’objet d’une publication récente, font autorité. A la fin des années 2000, l’organisme avait calculé que les gains en termes d’économies d’énergie étaient de 440 gigawattheures (GWh), des gains qui sont tombés à 351 GWh ces dernières années, soit 0,07% de la consommation d’électricité totale. Pourquoi ce repli? «Ceci est lié à l’amélioration continue de la performance des systèmes d’éclairage et à l’ambition croissante des politiques énergétiques», répond l’Ademe. Rappelons au passage que la philosophie opérationnelle du changement d’heure est bien établi: il s’agit de faire coïncider au mieux les heures d’activité avec les heures d’ensoleillement en limitant le recours à l’éclairage artificiel. Ce processus a été instauré en France en 1976, avant une harmonisation à l’échelle européenne en 1998.

Optimisation de l’éclairage public

En marge des gains de consommation d’énergie, l’Ademe s’est penché aussi sur l’empreinte environnementale du changement d’heure. «L’éclairage faisant appel à des moyens de production électrique en partie carbonés, ces économies représentent un gain de l’ordre de 50 000 tonnes de C02», a calculé l’Agence. Celle-ci a planché enfin sur «un exercice exploratoire à 2030», dans le but de calculer les économies d’énergie à plus long terme. Les conclusions de ces perspectives s’inscrivent dans le sillage de la tendance observé ces dernières années: «Du fait de la performance accrue des systèmes d’éclairage, les économies sont estimées à 258 GWh.» D’une manière générale, un très grand nombre de villes en France travaillent actuellement sur l’optimisation de leur éclairage public, avec des systèmes de plus en plus sophistiqués. Ces efforts rentrent dans le cadre du développement des smart-grids, les fameux réseaux intelligents.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*